• Hellow,

    Merci à la collègue de CP qui m'a permis de découvrir ce jeu ! Il s'agit d'un jeu collectif sans ballon pour des élèves de CP. Je l'ai mis en place lors d'un remplacement de deux jours début septembre. Il avait déjà été pratiqué par les élèves la semaine précédente, avec leur enseignante.

    Le jeu s'appuie sur l'imaginaire des élèves, ce qui augmente leur motivation (tous veulent avoir un rôle). C'est l'occasion pour eux de se défouler et de courir (avec un but précis : échapper à quelqu'un) tout en commençant à intégrer certaines règles propres aux jeux d'opposition et de coopération

    Le principe est simple : deux sorciers doivent transformer en statue l'ensemble de la classe. Seulement, la tâche est rendue plus difficile par un prince et une princesse (ou deux princes ou deux princesses) qui peuvent libérer les enfants-statues.

    Au début du jeu, le PE désigne les sorciers qui s'éloignent ensuite et tournent le dos à la classe. A l'insu des sorciers il désigne alors un prince et une princesse. Le jeu démarre lorsque l'enseignant proclame "sorcier, sorcière, venez !"

    Pour transformer leurs camarades en statues, les sorciers doivent les toucher (on peut aussi utiliser des dossards en queue pour éviter le contact physique entre élèves et limiter les risques de bousculade). Une fois touchés, les enfants sont transformés en statue : ils doivent donc rester immobiles. Le prince et la princesse peuvent alors les délivrer en les touchant. Le jeu s'arrête quand tous les enfants sont changés en statue ou quand il n'y a plus ni prince ni princesse pour les délivrer ou, à la fin d'un temps établi dès le début.

    Les comportements observés sont multiples, et les verbaliser peut véritablement faire évoluer le jeu. Par exemple, certains enfants font semblant d'être prince ou princesse pour tromper les sorciers. D'autres vont attendre, immobiles dans un bout du terrain pour duper les sorciers (à vous de voir si vous l'autorisez ou non, cela peut faire partie des variables du jeu). Beaucoup d'enfants appellent le prince et la princesse lorsqu'ils sont changés en statue (là encore, on peut envisager de l'interdire pour inciter les élèves à prendre davantage d'informations visuelles). 

    On peut envisager plusieurs évolutions dans ce jeu, à l'image du jeu des loups dans la bergerie. Par exemple, on peut autoriser les sorciers à déplacer leurs statues pour limiter les déplacements des enfants.

    Alors, qui gagne dans vos classes : les sorciers ou les villageois ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique